D’où vient la tradition du déguisement ? (La Croix, 27/2/2019)

Entretien avec France Lebreton
« L’enfant se déguise pour devenir grand »
Nadine Cretin
Docteur en histoire (1)

D’où vient la tradition du déguisement ?
Nadine Cretin : C’est une tradition très ancienne. Dans l’ancienne Babylone, 3 000 ans avant Jésus-Christ, le condamné à mort pouvait prendre, de façon éphémère, la place du roi. Les Romains fêtaient le changement d’année lors du solstice d’hiver. Ils se déguisaient dans un esprit d’inversion des rôles. L’évêque Césaire d’Arles raconte
que les hommes se grimaient en vieilles femmes, portaient des masques d’animaux ou se déguisaient en enfants.
L’Église s’oppose à cette tradition répandue dans les milieux païens. Pour saint Augustin,
l’homme, créé par Dieu, ne doit pas retoucher sa propre image.
Le déguisement survit à cette condamnation, notamment lors des jours de carnaval. Il en existe différents types en Europe centrale, en Allemagne, en Suisse, en France… Certains, par le choix des costumes, sont signes de dérision et de folie, d’autres répondent à un souci métaphysique. Comme en témoignent, par exemple, les personnages du carnaval évoquant le monde inconnu de la forêt, symbole de l’au-delà, au carnaval d’Appenzell, en Suisse.

Les enfants participent-ils à ces manifestations ?
N. C. : Au Moyen Âge, les enfants se groupaient en société dans les villages, lors de la fête du pape Grégoire Ier, le 12 mars. Ils organisaient des combats de coq dont l’issue aboutissait à la nomination d’un roi, le roi des enfants. Aux XIe et XIIe siècles, en France, en Espagne et en Angleterre, le jour des Saints-Innocents, pour 24 heures du 27 au 28 décembre, les enfants de choeur, âgés de 12 à 14 ans, avaient le droit de se déguiser en évêques. Le prélat d’un jour bénissait la foule. Il recevait de l’argent, des biens en nature.
Dans les familles, les enfants étaient autorisés à prendre la place de leurs parents. À Lyon, par exemple, ils décidaient du menu du repas, donnaient des ordres. Aux XVIIIe et XIXe siècles, dans leur tournée de carnaval, les enfants se déguisaient en animaux, portaient des masques et se grimaient au charbon.

Ces traditions se prolongent- elles aujourd’hui ?
N. C. : La tradition des groupes d’enfants déguisés qui passent de maison en maison, en chantant des comptines, se retrouve dans les fêtes de Halloween. Le carnaval
ou les mascarades d’avant le mercredi des Cendres, jour de
l’entrée en Carême, correspondent au Mardi gras ou bien, s’il
dure plusieurs jours, à la Semaine grasse. En certains lieux, on se déguise
aussi à la mi-Carême. Dans des villes comme Dunkerque, Nontron (Dordogne) ou Limoux
(Aude), le carnaval est une institution. La majorité de la population, enfants et adultes, se déguise pour y participer.

Quel est le sens du déguisement ?
N. C. : On se déguise dans un esprit d’inversion des rôles. L’adulte devient un autre, à lui-même et aux yeux des autres. L’enfant, lui, cherche à se grandir.
Généralement, les parents encouragent la démarche, que ce soit pour carnaval ou un anniversaire. Ils l’aident à fabriquer son costume, à se maquiller, trouver des accessoires, etc. Les adultes aussi ont plaisir à se travestir. Aujourd’hui, on voit des familles entières qui se costument pour aller à Disneyland !
Recueilli par France Lebreton
(1) Auteur de Fêtes de la table et traditions alimentaires, Le Pérégrinateur, 2015

Les idées reçues de Noël (France-Inter, 25 décembre 2018)

Les idées reçues autour de Noël, Ali Reibihi

https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse

Quelques clichés sur Noël :

  • Le père Noël vêtu de rouge est l’invention américaine d’une marque de soda.
  • Le réveillon et son menu sont des traditions très anciennes.
  • Le 25 décembre, c’est la date exacte de la naissance de Jésus.
  • Noël est avant tout une fête commerciale.
  • Le réveillon et son menu, dinde, foie gras et bûche sont des traditions très anciennes de Noël, comme les fameux treize desserts provençaux..
  • Nos arrière-grands-parents recevaient une orange en guise de cadeau…
  • Le protestant Luther a inventé l’usage décoratif du sapin de Noël au XVIe siècle.
  • Noël est une fête dont le sens est partagé de la même manière partout en Occident…

Pour en parler, Ali Rebeihi reçoit :