Noël : quand faut-il ouvrir les cadeaux ? (Madame Figaro, 15 décembre 2016)

Publié le 4 janvier 2017 par ncre

Par Anne-Laure Mignon |

Le 24 au soir avant de passer à table, à la toute fin du repas, aux douze coups de minuit, ou encore au petit matin du 25 décembre ? Réponse avec une historienne des fêtes.

Un petit mot d’histoire «La tradition d’échanger des cadeaux à Noël puise ses racines dans l’Antiquité, nous explique Nadine Cretin (1), historienne des fêtes, spécialisée en anthropologie. Les Romains fêtaient à l’époque la nouvelle année à venir, au moment du solstice d’hiver. Ils célébraient les plus longues nuits de l’année, avant que les journées rallongent vers un nouveau printemps», continue-t-elle. Leurs «étrennes» romaines, cadeaux de bon augure, sous-entendaient alors bonheur et prospérité. C’est seulement vers 330 que les chrétiens, qui émettent le désir «d’historiciser» la naissance de Jésus, vont placer la Nativité à ce moment. Noël étymologiquement «jour de naissance», est ainsi ajouté au calendrier chrétien aux côtés des fêtes de Pâques et de la Pentecôte déjà célébrées. Et avec cette fête, perdure la tradition de s’offrir toutes sortes de cadeaux. Longtemps de simples oranges ou pipes en sucre, surtout dans les campagnes, les cadeaux ne firent qu’évoluer avec la société de consommation pour devenir les tablettes et autres poupées connectées d’aujourd’hui.

Le soir du 24 décembre ou le 25 au matin ?

Les cadeaux de Noël ne s’offrent pas directement « de la main à la main » «Noël est une fête traditionnellement tournée vers l’enfance», poursuit Nadine Cretin. «Bien avant la naissance de Jésus-Christ, des « journées porte-bonheur » marquaient les jours les plus sombres de l’hiver. Dans les villages de toute l’Europe, les enfants allaient de porte en porte chanter leurs vœux. Offrir un présent à un enfant pour le remercier annonçait une douce année», ajoute la spécialiste. Si la légende et la tradition veulent que dans la nuit du 24 décembre, pendant que les enfants dorment, le Père Noël descend par la cheminée et leur dépose au pied du sapin «des cadeaux par milliers», à ouvrir au petit matin, les plus impatients craquent le 24 au soir (parfois avant même d’avoir entamé le repas). «Historiquement, les cadeaux se découvrent le 25 décembre au matin», confirme l’anthropologue. «Mais il n’y a aucun mal à ce qu’ils soient déballés la veille au soir.» «À noter simplement que les cadeaux de Noël ne s’offrent pas directement « de la main à la main » et il n’y a normalement pas de remerciements à faire puisque le rite veut qu’ils aient été offerts par le Père Noël. » Logique. Même si on imagine mal la réaction de Belle-Maman si on ne lui dit pas merci.

(1) Nadine Cretin, auteure de Lettres de Noël, Éd. Le Robert (Coll. « Mots intimes »), 2015.

Publicités